Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» A la Une» Villeneuve : «Le PSG vaut 200M€»» Lecture d'une news



Villeneuve : «Le PSG vaut 200M€»

Rédigé Le 02 decembre 2008, 11h12 par Loic

Villeneuve : «Le PSG vaut 200M€» Le président du PSG Charles Villeneuve s’est longuement confié au quotidien L’Equipe de ce mardi matin. Il a notamment confié qu’il était devenu un « président supporter ». Il évoque également ses voyages dans le Golfe Persique, qui ne sont pas destinés à trouver des investisseurs, mais pour « l’irrésistible ascension de l’Iran ». Entretien.

Comment vivez-vous votre fonction de président du PSG ?
C’est un investissement quotidien et j’aime ça. J’étais journaliste depuis 1967 en presse écrite, radio, télévision. Travailler au PSG, c’est moins dur que le monde de la télé. À TF 1, je vivais l’Audimat et la pression au quotidien. Dans le foot, ce n’est qu’une fois par semaine. Il y a une dimension intéressante dans un club comme le PSG, c’est la gestion humaine. C’est un peu comme la rédaction d’une chaîne ou d’un journal, à la différence notable qu’un journaliste gagne beaucoup moins d’argent qu’un footballeur. Je ne sais pas si le monde du football se rend compte de la crise financière et de la vie quotidienne des gens qui en sont victimes.

Quels sont les éléments qui vous ont le plus dérouté depuis votre entrée en fonction ?
Je suis assez fasciné par le fait que chaque fait et geste est observé, décrypté. À 7 heures du matin, j’ai déjà lu toute la presse et écouté la plupart des radios. Je suis sidéré par la place qu’occupe le PSG dans L’Équipe, le Parisien, voire le Figaro parfois.

En arrivant, vous aviez dit que vous n’étiez pas un président supporter…
(Il coupe.) On finit par devenir un président supporter parce que même si je ne manifeste pas mes sentiments, je me sens frustré, parfois, par les résultats. Ce matin, je me suis réveillé et je me suis dit : “Putain, on a perdu...” On m’a dit : “La presse n’est pas mauvaise.” Mais je m’en fous ! Si la presse est critique alors qu’on a gagné, je retiens qu’on a gagné. À Rennes, (Charles) Biétry m’a dit que le PSG n’avait rien à voir avec celui des saisons précédentes et que c’était la première équipe qui remuait autant Rennes sur son terrain cette saison. O.K. mais il fallait les renverser et non pas simplement les remuer. Je dis ça parce que j’ai été élevé dans le culte de la victoire. C’est une voie que notre équipe commence à suivre.

L’objectif que vous fixez à cette équipe en Championnat a t- il été revu à la hausse dernièrement ?
Non. Il faut rester modeste. Les choses peuvent se renverser rapidement. On conserve quelques fragilités. De toute façon, je n’ai pas d’ambition secrète. Avec Le Guen – avec qui je dialogue de plus en plus ouvertement et efficacement –, on ne se fixe pas d’étage précis dans la hiérarchie. Ce qu’on veut surtout, c’est que l’équipe joue de façon rapide et efficace.

Si ce n’est pas en termes de classement, oú se situe votre ambition cette saison ?
Elle est de solidifier l’équipe qui est en train d’être façonnée. On a deux joueurs d’expérience (Makelele et Giuly) qui ont beaucoup apporté sur ce plan. “Maké”, même s’il est parfois bon, parfois moins bon, il est indispensable parce qu’il est un replaceur tactique exceptionnel et son état d’esprit est phénoménal. Ce qui me touche aussi, c’est de voir des joueurs qui aiment le PSG par-dessus tout, comme Pancrate, Traoré, Giuly. Lui, il avait une offre supérieure à la nôtre l’été dernier. Je lui demandais pourquoi il ne voulait pas retourner en Espagne et il me répondait : “Mais Paris, c’est Paris ! Le PSG est un club à part.” (Il sourit.) O.K. mais qu’il ne vienne pas se plaindre un jour du froid et de la pluie. Paris, c’est Londres, le brouillard en moins…

« Je suis président supporter »

Sur quels critères prendrez-vous la décision de prolonger ou non Paul Le Guen, en fin de contrat en juin ?
Je n’en parlerai pas. Les choses se passeront entre Sébastien Bazin, lui et moi. Mais j’ai déjà mon idée.

Ce qui signifie que Le Guen était “mort” à un moment ?
Non. Mais jamais je ne juge par rapport à ce qu’on me dit. Les jugements font petit à petit. Il faut apprendre, d’abord, à connaître l’autre.

Quel impact la crise financière peut-elle avoir sur le PSG ?
Pas d’impact encore palpable. Avec Bazin, quand on en parle, ça va au delà du foot. Sur la question d’un nouvel investisseur pour le club, je trouve la dernière offre (*) évoquée un peu fantaisiste. C’est mon opinion. Le PSG vaut beaucoup plus que ça. C’est une marque exceptionnelle. Tous les jours, dans la rue, je m’en rends compte. Par exemple, quand un policier m’arrête place de la Concorde pour vérifier mes papiers. Tout de suite, il va me parler du PSG. Rarement de mon métier de journaliste.

On vous prête des contacts dans le Golfe pour trouver un nouvel investisseur au PSG ?
La seule chose qui m’intéresse au Proche et au Moyen-Orient, c’est l’irrésistible ascension de l’Iran. Donc rien à voir avec le foot. Je pense que l’opinion publique occidentale ne se rend pas compte de ce qu’il se passe aujourd’hui là-bas. Quand je vais dans le Golfe, le PSG n’est pas ma priorité.

Combien vaut le PSG à vos yeux ?
Il vaut plus cher que Manchester City. Donc il vaut plus de 200 M€. On parle de Paris, quand même. Un Paris qui fonctionne, un Paris au niveau Ligue des champions, croyez-moi, ça vaudrait cher.

Que manque-t-il encore au PSG pour être un très grand club ?
Il faut plus d’organisation, plus de discipline et plus de grands joueurs. Mais on a un outil formidable, avec les centres de préformation et de formation. Il n’y a qu’à voir tous ces pilleurs de tombes autour des matches de nos jeunes, ces mecs qui viennent et qui proposent des sommes faramineuses à leurs parents…Et ce, avec la complicité de prétendus agents qui n’en sont pas. Ça, c’est quelque chose qui m’a choqué. Dans ce milieu, on dirait presque qu’il n’y a que des faux agents !

Reste-t-il une chance de voir Ronaldo arriver au PSG pendant le mercato ?
Je ne sais pas. Le Dr Éric Rolland (médecin du PSG), qui le suit, est le mieux placé pour savoir oú il en est. Il lui fait passer des examens très approfondis. Un Ronaldo en pleine forme, ce serait super ici. Ça s’inscrirait dans la grande tradition brésilienne du PSG. Mais on est ici simplement dans la fiction.

Quel horizon vous fixez-vous comme président du PSG ?
Je ne me fixe pas d’objectif. De toute façon, j’ai toujours occupé des postes instables. Ici, je peux gagner comme perdre, mais je ne pense pas à ça. Je ne suis pas chaque matin dans mon bain en train de téléphoner à des sorcières pour leur demander ce qu’elles voient dans leur boule de cristal. “Alors ? Mon avenir ?” Non, ce n’est pas moi, ça. Vous savez ce qu’est un fataliste ? C’est un optimiste. Je suis un vrai fataliste…

Source : L'Equipe

Villeneuve

   
EGALEMENT DANS L'ACTU
DERNIER MATCH
PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 

 

 

Partenaires : PSG | Bordeaux | Mercato | OM | Football | Spartak Moscou | Mercato | AllPaname | PSG | Actualité foot | 11Manager | Foot | Paris Sportifs | Football Manager | Hors-jeu | Jygoal.fr | Maillot PSG | Mercato PSG

Ne ratez pas la meilleure cote pour vos Paris sportifs Ligue 1 avec Wincomparator.com : pronostic, comparateur et match en direct

© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 44 visiteurs en ligne - Remonter